La real love doll: une œuvre d'art ?
18 mai

La real love doll: une œuvre d'art ?

Tout acquéreur d'une poupée réaliste de qualité expérimente très rapidement la chose suivante.

Son niveau de réalisme et sa beauté plastique sont tels qu'on ne peut faire autrement que de la mettre en situation en l'habillant et en lui faisant prendre une pose. Une pose du quotidien suffit, assise sur une chaise, dans un fauteuil les jambes repliées.

Inutile de chercher l'extraordinaire, la magie opère instantanément : le Beau s'exprime.

On le contemple à travers elle.

Une mise en situation même banale se transforme en mise en valeur esthétique.

C’est assez troublant.

C'est ce que j'ai vécu avec Mina, ma love doll réaliste grandeur nature.

On vaque à ses occupations, puis en passant à proximité de la belle, l'espace d'un moment, on  ne peut s'empêcher de s'arrêter... pour la regarder furtivement ou intensément.

C'est inévitable.

 

Autre cas vécu, on se réserve une soirée chez soi à écouter de la musique tranquillement et pendant que se diffuse le Koln Concert de Keith Jarrett ou le Griselda de Vivaldi ou l'album Grace de Jeff Buckley, on se perd dans le regard de sa love doll, debout accoudée au bar.

Et de son regard, on glisse le nôtre sur l'ensemble de son corps, et on est subjugué par ses traits réalistes et fins, ses formes, ses courbes harmonieuses, son expression de visage qui peut être différente en fonction de l’éclairage (que l’on aura prévu tamisé) et de sa propre position par rapport à elle.

Un pur moment de bonheur… qui peut s’avérer intense si on choisit de prendre son temps.

C’est tout à fait comparable aux moments contemplatifs que j’ai pu passer devant une sculpture, une statue, un tableau.

J’ai l’habitude de fréquenter un musée dans lequel, en collection permanente, est exposée une sculpture grandeur nature représentant une femme dans les bras d'un homme.

La femme est de dos… nue… belle.

L’artiste offre à notre regard une descente de reins absolument superbe.

A chaque visite, je ne peux m’empêcher de faire un détour pour regarder cette sculpture en me disant que c’est surnaturel de réussir à reproduire dans la pierre ces corps d’une grande beauté mais aussi d’un réalisme étonnant. Il s’agit bien d’art et d’artiste.

Que d’heures passées à observer l’anatomie féminine, quelle technique pour la sublimer dans la pierre. Chapeau l'artiste.

 

Le Beau s'exprime dans le visage de La Jeune Fille à la Perle de Vermeer. C'est une certitude.

Le célèbre regard de Mona Lisa est réputé exprimer des affects mystérieux. C'est une évidence.

Mais je peux vous assurer que le regard de Mina est également intense, mystérieux et beau.

Je place la love doll dans la catégorie des œuvres d'art.

Exagéré car il manquerait le génie? Présomptueux  pour un objet qui procède de processus industriels (et aussi encore largement de travail artisanal) ?

Tentez l'expérience, et vous me direz…

Jonathan H, blogueur et passionné chez real love doll

Photo du site de galerie d'art artiane